MOSQUEE ELFATH

Conseils pour ramadan

 

Cheikh Youssouf Abdallah Al Qardâwî

La différence entre notre jeûne et le jeûne de nos prédécesseurs

 

Comme pouvons-nous tirer profit du mois de Ramadân ? Qu’en était-il de nos prédécesseurs ?

 

 

Quelle énorme différence entre notre jeûne et le jeûne de nos prédécesseurs ! Quant à nos prédécesseurs, ils ont récolté le fruit de leur jeûne, ils en ont profité et en ont tiré l’âme de la force et la force de l’âme. Leurs journées n’étaient que dynamisme, production et excellence ; leurs nuits n’étaient que visites mutuelles, prières et récitation du Coran ; leur mois tout entier n’était qu’apprentissage, adoration et bienfaisance. Leur langue jeûnait et ne proférait ni insultes ni grossièretés. Leurs yeux jeûnaient et ne regardaient ni l’indécence ni la turpitude. Leur cœur jeûnait et ne pensait ni au péché ni au crime. Leurs mains jeûnaient et ne se tendaient ni vers le mal ni vers l’offense.
 


Parmi les Musulmans d’aujourd’hui, certains saisissent le mois de Ramadan pour en faire une occasion d’obéissance à Dieu et de démultiplication des œuvres pieuses. Ils jeûnent le jour de la meilleure manière qui soit et prient la nuit de la meilleure manière qui soit. Ils remercient Dieu pour les bienfaits qu’Il leur a accordés et n’oublient pas leurs frères faibles et démunis. Ils suivent l’exemple de leur Noble Messager, paix et bénédiction de Dieu sur lui, qui était d’une générosité infinie pendant Ramadân. Il était ainsi plus généreux que le vent envoyé par Dieu [
1].
 
À côté de ces bienfaisants, il y a les négligents absorbés par le mal, qui ne tirent aucun avantage de Ramadan et qui ne profitent ni de son jeûne diurne ni de ses prières nocturnes.
Dieu l’a assigné pour le cœur et pour l’âme. Eux, ils l’ont assigné pour le ventre et l’estomac.
Dieu l’a assigné pour l’indulgence et l’endurance ; quant à eux, ils l’ont assigné pour la colère et l’insouciance.
Dieu l’a assigné pour le calme et la sérénité, mais ils l’ont assigné pour les insultes et les querelles.
Dieu l’a assigné pour qu’ils modifient les traits de leur âme ; eux n’ont modifié que les horaires de leurs repas.
Dieu l’a assigné pour éduquer le riche, mangeant à sa faim, et pour réconforter le pauvre démuni ; ils l’ont assigné à être une foire des plats et des boissons, pendant laquelle les indigestions du riche augmentent alors que le malheur du pauvre croît.

 

Si seulement les Musulmans jeûnaient de la manière qui les formerait à la piété envers Dieu, tel que demandé par le Coran, afin qu’ils sortent de Ramadân purifiés et expiés de tous leurs péchés.

 

 

[1] Le terme arabe est Ar-Rîh Al-Mursalah, "le vent envoyé par Dieu". Cette expression renvoie au vent portant les nuages et apportant la pluie. L’eau étant la source de la vie, il s’agit là d’un grand bienfait de Dieu. L’Imâm Muslim, que Dieu l’agrée, rapporte qu’Ibn `Abbâs, qu’Allah soit satisfait des deux, a dit : "Le Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, était le plus généreux des hommes. Cette générosité se manifestait pleinement durant le mois du Ramadan, lorsque Gabriel (que la paix soit sur lui) venait chaque nuit lui enseigner le Coran. Et lorsque Gabriel le rencontrait, l’Envoyé d’Allah, paix et bénédiction de Dieu sur lui, était plus généreux que le vent envoyé par Allah (vent porteur de pluie)".